Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cristofaro Delvecchio

Cristofaro Delvecchio

Papiers et partages (à tendance communiste)

Emmanuel Macron président - Dans la continuité, le pouvoir bourgeois se console et consolidera ses attaques légales contre le prolétariat.

Par Cristofaro Delvecchio - 

Avec un score plus que convaincant, Emmanuel Macron a donc logiquement, et sans surprise, remporté ces élections antifascistes contre l'épouvantail Marine Le Pen, méprisée par plus de la majorité des "électeurs" de la France et dont la défaite sera tout à fait cordiale et heureuse, bien évidemment, puisque la victoire à la présidentielle et la gouvernance de la démocratie capitaliste ne sont certainement pas les fonctions principales de la nationaliste officielle, carriériste et populiste dans l'âme. Il s'agit donc de la société dite "plus progressiste" et plus "porteuse de chances (capitalistes) pour la diversité" sous l'égide de Macron qui s'empare du pouvoir et maintient finalement le statut quo après le quinquennat "normal" de François Hollande.

Bien évidemment, les abstentionnistes n'ont pas joué le moindre rôle dans les chances de victoire tout à fait étroites de la Le Pen, et 37% des français auront refusé d'émettre leur choix entre les deux bonhommes de paille de la présidentielle, ce qui suppose tout de même qu'une certaine majorité maintient sa croyance en l'électoralisme stupide. Qu'importe, les semaines et les mois à venir détermineront les luttes que soutiendront le prolétariat contre les nouvelles attaques de cette bourgeoisie renouvelée, qui ne changera ni de forme, ni de visage, ni de procédés.

Les luttes sauront être effectives à mesure que la majorité ne commette pas l'erreur de se ruer (encore stupidement) vers ces urnes fétiches au cours des élections législatives, qui ne constituent en rien un instrument de rapport de force avec le pouvoir parlementaire, et de se raccrocher derrière le wagon de l'une des bourgeoisies de ces partis d'opposition très tendance. Notamment, la "France insoumise" (chauvine, démago, populo, mais dont les adeptes restent bien dans leur pompe... bon), le Front National bien sûr, ou les autres faux marginaux de l'UPR, EELV, LO ou NPA. Pourtant, il faudrait rappeler à ces groupuscules que la valeur d'échange du capitalisme mondialisé n'a aucune foutue chance d'être contrôlée de manière "plus humaine" dans l'universel et qu'il ne s'agit que d'instrument d'aliénation sociale de nous autres, crétins de prolos.

En définitive, il serait peut-être temps de cesser de vouer des admirations à des Eglises politiques du calibre de ces faux partis d'opposition, à leurs gourous experts en maîtrise de communication ou en propagation d'idées profondément absurdes... mais tolérées sur les débats de la télévision publique et privée, sachant que le confusionnisme est un moteur absolument essentiel à la propagande des conservateurs.

Soulignez que... Le pouvoir aurait bien l'air con si l'abstention était largement majoritaire dans ce pays, et aurait d'énormes difficultés à justifier son pouvoir et sa mainmise sur l'ensemble du prolétariat, mais la tendance idéologique est à l'inversion... Parait-il que cette même abstention symboliserait la soumission, tandis que le bulletin dans l'urne sur présentation des "papiers" à l'assesseur relèverait de la subversion absolue et légitime. Tous y sont allés de leur sermon parmi les intellectuels de salon de l'institution afin de réaliser le BARRAGE électoraliste au pion Le Pen : tout d'abord le fou furieux Edwy Plenel, ainsi que le cultureux Jack Lang, le perdant Alain Juppé, les mouvements féministes très intégrées aux milieux sociaux petits bourgeois, les associations de pacotille qui ne représentent bien que leurs intérêts, les religieux "modérés" de tout bord, bref... des Eglises, des monastères, des temples et leurs curés, leurs prêtres, leurs imams cons et prétentieux.

Note personnelle - Je trouve que l'anarchisme a réalisé la critique la plus efficace de l'électoralisme et de la stupidité qu'il engendre, vous y trouverez un panier de textes qui déconstruiront facilement cette mascarade. Le seul raisonnement logique devrait, de toute manière, pousser à ne pas tomber dans la bêtise de l'élection de son gouvernant, son fossoyeur, son exploiteur... mais bon. L'obéissance aux traditions de l'Etat parait si connement intériorisée... Les familles se rendent même le sourire aux lèvres afin de participer à cette foire ridicule de l'élection présidentielle du mois de mai, en y emmenant également leurs gosses afin dès le traumatiser d'entrée de jeu, leur présentant cette procédure grossière permettant à chaque citoyen de contrer le FN lorsqu'il en est temps, et ça s'arrêtera là.

Mardi matin, chacun vaquera à nouveau à ses préoccupations dans le cadre de son travail aliéné, ou sa recherche de travail inconséquente, les supermarchés re-bonderont et l'économie se relancera comme à l'accoutumée. On parlera, d'ici là, des législatives et puis de l'élection 2022, entre temps des quelques attaques terroristes d'ampleur à venir, des conséquences continues des présentes boucheries impérialistes et de la misère dans le monde... Tout en renouvelant ses activités capitalistes avec tranquillité, en soutenant les idéologies interclassistes tendance et en prêtant serment à son patron l'humaniste. En applaudissant les réactionnaires proches de soi, en normalisant la propriété privée et ses lois puis en "tolérant" les religieux. En embarquant dans sa voiture avec la mine déconfite et l'air pressé à 8h30 de chaque matinée, en dénigrant les plus "insolents" et les "casseurs" qui ont créé un état de violence dans les zones urbaines (dont on reste intégralement dépendant, bien que l'on se la pète en s'étant offert sa propriété à soi en zone rurale, avec sa terrasse et son potager), bien sûr, et en se fourvoyant devant l'idée des luttes sociales à mener à l'avenir. En tout cas, en se maintenant dans ce présent capitaliste figé qui dégoûte et qui est encore renié par trop d'êtres qui croient que l'Histoire s'est terminée, et qui détournés dans trop d'illusions baignent dans le réformisme confortable que promettent les marchands de tapis afin de se maintenir valide dans leur environnement social... Pour un prolétariat mûr et affranchi, j'ose croire qu'il faudra malheureusement encore un peu de temps, et une plus forte conscience de ce qui lui attend dans la concrétude pour les temps à venir...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article